Passionné(e) d'histoire ? Recevez un email d'Aude chaque semaine.

Garanti sans spam

Et là, un peu à l’écart, j’aperçus Saladin

On 19/03/2015 by admin

Hello!

La réponse à la question Quel “sultan chevalier”, fondateur de la dynastie ayyoubide, est connu comme le principal adversaire des Francs à qui il reprend Jérusalem en 1187?  était Saladin (1138-1193). Félicitations à Alexis*!

Saladin, c’est le sultan qu’on aime tous bien:

  • Déjà, soyons honnêtes : parce que c’est le seul qu’on connait (à part Soliman le Magnifique et le Sultan d’Agrabah, père de Jasmine)
  • Ensuite, parce qu’on sait qu’il a été victorieux contre les “Francs” pendant les Croisades mais qu’ et qu’il était sympa donc on lui pardonne
    • NB : tous les Croisés d’Europe étaient appelés “les Francs” – alors qu’ils n’étaient évidemment pas tous Français. (Pourquoi? Juste parce que c’étaient les Francs (donc nous) qui avions le plus la classe. Eh ouais.).

Mais au fait, Saladin était-il réellement sympa ? Ou est-ce une légende?
Reprenons depuis le début…

 

(cf focus sur l’origine des Croisades en note)

I. Saladin, un dirigeant qui unifie l’umma (=communauté des croyants musulmans) (1169-1183)

  1.  Le début de l’histoire : comment Saladin devint vizir égyptien à 31 ans (1169)

Saladin naquit en 1138 : cela faisait une quarantaine d’années que les Croisés, arrivés en 1099 à Jérusalem, occupaient la bande littorale méditerranéenne (cf carte). Dans ces siècles habités par une foi fervente et évidente, leur présence était bien sûr douloureusement vécue par les Musulmans – mais l’empire islamique était divisé, ce qui rendait difficile sa riposte face aux Croisés.

  • Heureusement pour les Musulmans, les Croisés, une fois le premier élan de la première génération passé, ne tardèrent pas à se diviser également, exactement pour les mêmes raisons que les Musulmans: chaque succession aiguisait les appétits, surtout quand les héritiers étaient des enfants (ce qui arrivait souvent, puisque les adultes passaient leur temps à se battre et à se tuer)
  • Une autre fracture majeure divisait le monde musulman : celle entre les chiites et les sunnites (oui, “exactement comme aujourd’hui” + “rien n’a changé“) => il y avait donc deux califats concurrents, les chiites en Egypte et les sunnites en Iraq/ Syrie:
    • Le califat sunnite de Bagdad n’allait pas très bien parce qu’un sultan syrien, Nûr al-Dîn, détenait l’essentiel du pouvoir au détriment du calife.
    • Mais le califat chiite d’Egypte allait encore plus mal: l’ambitieux Nûr al-Dîn décida donc d’en profiter et il envoya un de ses meilleurs généraux pour s’emparer du pouvoir. Et comment s’appelait le neveu de ce général? Saladin.

Comme Saladin et son oncle étaient malins et que le vizir égyptien était moyen-malin, le vizir fut rapidement décapité et l’oncle de Saladin devint vizir à la place du vizir égyptien. Quand l’oncle mourut, Saladin lui succéda (1169): il avait 31 ans.

 

  1. Comment Saladin unifia l’islam contre les Francs (1171-1183):

Evidemment, le sultan Nûr al-Dîn se méfia bientôt de ce jeune vassal assez indépendant:

  • il lui demanda d’abolir le califat chiite et de faire allégeance au califat sunnite : Saladin, soucieux d’éviter une révolte, le fit, mais sans enthousiasme (1171 – c’est la fin du califat fatimide (chiite))
  • il lui demanda de l’aider dans ses campagnes contre les Francs : Saladin, toujours aussi peu enthousiaste, refusa poliment (1171 et 1173) (“Désolé, j’ai poney“)

Nûr al-Dîn, énervé, décida de reprendre l’Egypte à Saladin… mais il mourut pile au moment de se mettre en route contre lui (1174) en laissant un héritier de 11 ans derrière lui (Nûr al-Dîn, on vient de dire qu’il ne fallait pas avoir des héritiers enfants : tu n’écoutes pas ou quoi?): Saladin, saisissant sa chance, se mit à son tour en marche contre la Syrie – et, au bout d’une dizaine d’années, réussit à unifier un colossal territoire sous son pouvoir : pas seulement la Syrie & l’Egypte, mais aussi le Yémen, l’Iraq, la Nubie… C’était du jamais vu depuis 250 ans.
Il se forgea de surcroît une réputation flatteuse d’homme pieux (il l’était sincèrement) et miséricordieux (au siège d’Alep en 1183, il fit par exemple soigner, à ses frais, les blessés abandonnés par l’armée d’en face…)

=> Les Francs étaient maintenant entourés par un vaste empire unifié religieusement, politiquement et militairement : cela sentait mauvais pour eux… (1183)

 

II. Saladin, un héros du jihad contre les Francs:

  1. L’expulsion des Francs (1174-1190):

Baudouin IV de JérusalemBaudouin, le gentil roi lépreux chrétien (1174-1185):
Les pauvres Francs n’avaient vraiment pas de chance : outre cette position très délicate, leur roi, le touchant, héroïque et initialement très beau Baudouin IV de Jérusalem, était atteint, depuis l’âge de neuf ans, de … la lèpre. (Vous vous en souvenez peut-être si vous avez vu Kingdom of Heaven : il a un masque pour cacher ses plaies). Concrètement, cela veut dire qu’il fut bientôt aveugle, mais aussi qu’il ne put bientôt plus monter lui-même à cheval (“M’en fous, mettez-moi sur une civière, je veux aller me battre“). Malgré leurs durs combats, les deux souverains Baudouin et Saladin avaient une certaine estime réciproque et conclurent de nombreuses trêves…
Mais, après la mort de Baudouin (1185), des provocations du coté franc ravivèrent le combat, de toutes manière inéluctable.

La reconquête de Jérusalem (1187)

  • Jérusalem était chrétienne depuis 1099 : Saladin jura de tuer tous les Chrétiens quand il s’en emparerait – pour venger les Musulmans qui avaient tous été tués par les Chrétiens 88 ans plus tôt…
  • En réalité, au lieu de tuer tout le monde, il accepta des négociations pour la reddition de Jérusalem et laissa partir vivants tous les Chrétiens qui pouvaient payer une rançon + autorisa les malades à rester dans les hôpitaux + traita bien les femmes (dont la reine, Sybille de Jérusalem, aka Eva Green…). Mais surtout, fait exceptionnel, il ne vendit pas en esclavage ceux qui ne pouvaient pas payer : il les laissa également repartir.
  • Une telle mansuétude était proprement hors normes pour l’époque, et Saladin gagna immédiatement une immense reconnaissance du côté chrétien. Mais ce qui conquit véritablement tous les cœurs était encore plus important à leurs yeux : il autorisa des prêtres à rester en permanence auprès du Saint-Sépulcre et les pèlerins chrétiens à s’y rendre : c’était une joie incroyable pour les Chrétiens, puisque c’était le but initial de leur Croisade…

Dans la foulée, Saladin reconquit quasiment toutes les possessions franques : trois ans plus tard, en 1190, il ne restait presque plus rien des royaumes francs… (cf carte : le rouge foncé)

 

  1. Richard Coeur de Lion, Philippe Auguste et Frédéric Barberousse viennent à la rescousse :


Une nouvelle croisade fut alors lancée pour empêcher la disparition totale des royaumes croisés : les trois plus grands rois (de France, d’Angleterre et du Saint Empire romain germanique) y participèrent. Richard Cœur de Lion et Philippe Auguste, meilleurs ennemis, mirent donc ensemble le siège devant Saint Jean d’Acre.

  • NB: j’ai longtemps considéré que Richard Coeur de Lion était beaucoup plus stylé que Philippe Auguste (même s’il était Anglois), parce que, après la conquête de Saint Jean d’Acre, il resta sur place pour aller jusqu’à Jérusalem, contrairement à cette fouine de Philippe Auguste, qui rentra vite en France pour lui voler tous ses domaines en dépit de son serment.
  • Mais ce que j’ignorais, c’est que Richard Cœur de Lion fit égorger tous les prisonniers musulmans de Saint Jean d’Acre (3000, tout de même), nus et liés par une corde, sur le rivage, sous prétexte que Saladin ne payait pas assez vite leur rançon. Boloss. Anglois.
  • Saladin fut furieux contre Richard évidemment, mais accepta tout de même (et j’admire son flegme) de négocier, peu de temps après : Richard Cœur de Lion et lui eurent même un projet fou => marier le frère de Saladin et la sœur de Richard puis donner au couple le royaume de Jérusalem, afin de réconcilier tout le monde. (Finalement, Saladin, voyant que son frère était prêt à se laisser convertir, se ravisa – mais l’idée était en tout cas originale.). Finalement, la croisade se termina (1192) par quelques reconquêtes de la part de Richard Cœur de Lion, qui faillit de justesse reconquérir Jérusalem, que Saladin était prêt à abandonner.

Quelques mois plus tard (1193), Saladin mourut : cela provoqua une immense tristesse dans tout l’empire musulman, où il était devenu un très grand héros, le héros idéal de l’Islam – mais, ce qui est plus original, c’est qu’il fut aussi pleuré en Occident, où une vraie mythologie se développa autour de lui. On considérait qu’il était un « vrai Chrétien » (mais non, on vient de vous dire que…); on se racontait ses gestes de compassion : comment, à la prise de Saint Jean d’Acre, il avait racheté de ses propres deniers le bébé d’une jeune prisonnière franque pour le rendre à sa mère; ou comment, en pleine guerre, il avait fait apporter à ses ennemis Richard Cœur de Lion et  Philippe Auguste des poulets et des sorbets à la neige des montagnes du Liban parce qu’ils étaient tombés malades – leur conseillant en outre des bouillons de son meilleur médecin, le juif Maïmonide… Bref, quand Dante écrivit sa Divine Comédie et décrivit le septième cercle des Enfers (qui renferme tous les justes non baptisés) – il dit : «Et là, un peu à l’écart, j’aperçus Saladin.»
=> Aujourd’hui encore, de l’Egypte à l’Iraq, Saladin continue à être considéré comme un modèle (on a a donné son nom à une province d’Iraq par exemple, et Gamal Nasser s’est revendiqué de lui)… Et c’est bien normal**.

La question du jour bonjour est plutôt facile : “En quelle année eut lieu la bataille d’Alésia?“. Si, vous savez. Clairement vous savez.

Bisous,
Aude

*(qui méritait sa victoire ne serait-ce que pour ses sublimes photos de Saint Jean d’Acre qu’il m’avait envoyées il y a quelques mois <3)

**NB : pour être tout à fait juste, j’ai quelques doutes sur le fait qu’il ait été si “modèle”que ça (il y a aussi quelques sombres histoires de décapitation juste pour le plaisir par exemple) – mais cela n’empêche que l’essentiel de ce qui est connu est vrai, et c’est déjà nettement mieux que ce qu’on pouvait espérer de la part d’un chef de guerre de cette époque.

Petit retour sur les croisades en trois bullet points:

  • Jérusalem, ville trois fois sainte, avait été conquise en 637 par Omar, le second successeur (=calife, ce qui signifie “successeur” en arabe) de Mahomet (soit 5 ans seulement après la mort du Prophète : ça vous épate hein?). Les Chrétiens eurent le droit de continuer leurs pèlerinages vers le tombeau du Christ (en payant tout de même un droit de passage)
  • Mais en 1009, un calife chiite (qui croyait que le moment de la fin des temps était venu (c’était l’an 400 de l’Hégire, indiqué comme l’Année du Jugement Dernier dans une prédiction ismaélienne) voulut, pour plaire à Dieu qui allait arriver, tuer ou convertir de force les Juifs et les Chrétiens et raser toutes leurs églises, synagogues etc – et même le Saint Sépulcre (=le tombeau du Christ). Tant pis, tout doit disparaître. L’an 400 passa, le calife s’aperçut que la fin des temps n’était pas arrivée et la situation se calma : le Saint Sépulcre fut reconstruit – mais l’alerte avait été chaude.
  • Puis, en 1078, les Turcs seldjoukides (musulmans sunnites) conquirent Jérusalem, aux mains des chiites : cette fois encore, ce ne fut pas beau à voir : tout le monde fut tué ou presque (Juifs, Chrétiens, mais aussi musulmans chiites) et, désormais, les pèlerins chrétiens qui venaient à Jérusalem étaient tués ou vendus en esclavageÇa commence à être énervant vos histoires.

=> Le pape Urbain II lança un appel à “libérer le tombeau du Christ” en 1095 : ce fut le début d’un incroyable élan dans toute la Chrétienté, qui poussa des centaines de milliers de personnes, chevaliers ou manants, vers Jérusalem pour la Croisade.

Envoyez à un ami DEVENEZ LECTEUR

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>