Passionné(e) d'histoire ? Recevez un email d'Aude chaque semaine.

Garanti sans spam

Toussaint-Louverture, le “Spartacus noir”?

On 11/09/2015 by admin

Hello les petits choux,

J’espère que vous allez bien et que l’atroce baisse des températures & le éhonté raccourcissement des jours n’a pas encore attaqué la totalité de votre envie de vivre − à défaut d’avoir épargné votre précieux bronzage estival. Pour vous remonter le moral, cette petite HDJB-de-rentrée traite de l’esclavage (je sais, c’est complètement moche de ma part de vous infliger ça pile au moment où vous venez de vous ré-enchaîner à votre bureau; Ô ironie, Ô mesquinerie).

Reprenez espoir : l’histoire raconte comment les esclaves se sont libérés (un jour, peut-être, ce sera votre tour[1]). Pas n’importe quels esclaves et pas n’importe quelle libération : des esclaves avec des maîtres français (deuil, la France aussi a péché) + une libération qui a créé la toute première République noire indépendante : Haïti.
Cet épisode (1791-1804) a marqué l’histoire du monde, notamment grâce à un homme : le généralToussaint-Louverture.
[C'était la réponse à la question : Quel descendant d'esclaves noirs, chef de la Révolution haïtienne, meurt en 1803 et est une des grandes figures de l'abolitionnisme? --> bravo Romain L-C!].
Je vous préviens, l’histoire n’est pas toute blanche rose pour autant et, à la fin, tout ne finit pas aussi bien que le “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants libres” le laisserait supposer…

 

 

Carte HaïtiEn 1789, Haïti (vous savez, cette demie-île au nom demi-Hawaï/demi-Tahiti qui est pourtant le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental?) s’appelait “Saint Domingue” et était une colonie françaiseextrêmement riche et prospère : elle était en effet le principal producteur de sucre et de café de la planète. What else.
Pourtant, la vie n’était clairement pas “demi-Hawaï/demi-Tahiti” à Saint-Domingue :

  • La culture de la canne à sucre étant un cauchemar (les feuilles sont coupantes comme des rasoirs, la chaleur est torride dans les champs & inhumaine près des chaudières, bref, l’épuisement est tellement rapide que les hommes mouraient en à peine trois ans), personne ne candidatait à ce job infernal : évidemment, on eut l’idée de prendre des esclaves pour le faire. Beaucoup d’esclaves.
  • La France importa d’Afrique près d’un million de captifs (sur tout le XVIIIème, toutes colonies confondues[2]): Saint-Domingue était, largement, la principale destinataire de la traite, avec ~500 000 esclaves (vivants) à la veille de la Révolution, pour ~50 000 Blancs et ~35 000 “libres de couleur”.

 

Portrait Toussaint
Toussaint (‘Louverture’ est son surnom de guerre, rajouté ensuite) faisait partie de ceux qui avaient de la chance :

  1. il était né à Saint Domingue − ce qui était rare − : il n’était donc pas dans les champs mais cocher, en fait “homme de confiance#LuckyStar1
  2. son maître était sympa et lui apprit à lire et à écrire (ce qui le plaçait au-dessus de la plupart des Français[3])#LuckyStar2
  3. summum de la chance, le maître (décidément) sympa l’avait rapidementlibéré. Méga#LuckyStar3.

=> Toussaint s’était donc engagé dans l’armée française puis, grâce à son éducation et sa connaissance des affaires, il était devenu lui-même maître d’une plantation (il avait même acheté ses propres esclaves : probablement une douzaine).Poseyyy. Bref, à  48 ans en 1791, il faisait partie de la classe très réduite des “libres de couleur” qui revendiquaient l’égalité de droit avec les autres Français libres − même s’ils n’étaient pas forcément contre l’esclavage.

 

Répartition par statutOr, un beau soir du 22 août 1791, les esclaves, qui espéraient eux aussi que la Déclaration des Droits de l’Homme allait changer quelque chose à leur espérance de vie, se révoltèrent : suivant un prêtre vaudou[4] charismatique (et un peu excité), des milliers d’évadés chantèrent autour d’un gros arbre sacré, égorgèrent un cochon (noir) et, galvanisés, burent son sang pour devenir invulnérables. Chacun son Panoramix. Inévitablement, ils entamèrent le lendemain (23 août) l’incendie de milliers de plantation & le massacre de tous les Blancs sur leur passage − hommes, femmes, enfants et même quelques métisses (suspects de complaisance avec la race des dominateurs par leur couleur de peau). Bref, les Blancs, qui n’étaient déjà pas très nombreux sur l’île au début, l’étaient encore moins au bout de dix jours. [NB : l'Unesco, ces petits boulets, ont célébré le 23 août comme "Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition". Cimer l'anniversaire - j'en connais qui ont encore laissé faire des stagiaires]

Et Toussaint, pendant ce temps-là?
Toussaint, lui, décida de ne pas laisser massacrer son ancien maître-sympa : il lui sauva la vie, puis partit rejoindre les insurgés. Life is an adventure.

  • Grâce à son expérience dans l’armée, il prit rapidement la tête de ~2000 insurgés (c’est qui le patron?) et combattit avec les Espagnols, en guerre contre la France, qui promettaient l’amnistie pour tous les révoltés et des postes de gouverneurs aux chefs. Caramba.
  • Pourtant, Toussaint se heurta rapidement aux autres chefs (de vraies brutes, qui tentèrent par ailleurs de le faire assassiner) : il commença alors à négocier avec le camp français, maintenant représenté par des commissaires de la Révolution très favorables à l’abolition.

Les colons, eux, haïssaient ces nouveaux commissaires et étaient de plus en plus tentés par le camp des Anglais :

  • ils étaient exaspérés par le système de l’Exclusif colonial qui leur prenait la plupart des marges au profit de la métropole
  • ils refusaient l’abolition
  • ils réclamaient vengeance contre les esclaves qui avaient massacré les leurs

=> Pour le gouvernement français, comment lutter à la fois contre les Espagnols, les Anglais, les révoltés, les colons…?
Les commissaires de la République, véritablement révolutionnaires, eurent une idée géniale : ilsproclamèrent la liberté pour tous les esclaves qui se battraient pour la République, puis, allez vas-y on est des oufs, l’abolition générale de l’esclavage à l’été 1793. Pan. Et c’est qui qui a la plus grosse armée maintenant?

  • La Convention nationale, mi-forcée mi-enthousiaste, ratifia cette décision : la France était ainsi le premier pays du monde à le faire. C’est pour ça qu’on l’aime ♥♥♥.

Toussaint rejoignit alors le camp français, fut nommé général et combattit victorieusement les Anglais & les Espagnols. Bien fait. Mais surtout, il commença à développer de grandes ambitions : et s’il gouvernait Saint-Domingue ?

  • Hop, pas subtil : il élimina les jaloux par la guerre & hop, très subtil : il élimina les populaires commissaires en les faisant élire députés à Paris –> il les reconduisit ensuite sous escorte armée aux bateaux, direction la France. One way ticket.
  • Le nouveau gouverneur, Hédouville (Big uuuuuuup les zincs) arriva, s’aperçut que Toussaint signait avec les ennemis anglais des traités leur donnant accès aux ports et au commerce et n’apprécia pas trop la situation : Toussaint, hop ni une ni deux, leva une armée de 20 000 hommes contre lui et le força à rembarquer. One way ticket toi aussi.
  • Il ne restait plus qu’un ennemi : un autre général rival, “mûlatre”, au sud : Toussaint le vainquit et ses soldats en profitèrent pour massacrer tous les métisses (plus de 10 000), la guerre ayant tourné au combat racial. Toussaint pas tout saint.

Bref, Toussaint régnait en maître et instaura le retour de l’ordre : il fit revenir les colons blancs, essaya de redresser la production sucrière et caféière (divisée par dix en dix ans) en installant le travail forcé salarié (ce qui ne changeait malheureusement pas grand chose à l’espérance de vie dans les champs, j’imagine). Et surtout, en 1801, il publia une constitution qui le désignait comme gouverneur général à vie : il traitait désormais avec les autres pays (y compris ennemis de la France) en souverain. C’est moi le chef.
Pour Napoléon, la goutte d’eau qui fit déborder le vase fut la conquête de l’ouest de l’île qui appartenait aux Espagnols, devenus alliés de la France : cette fois-ci, le Premier Consul décida que c’en était trop et il confia à son beau-frère la tache de reconquérir l’île.
Toussaint, trahi par Dessalines (un sale type sanguinaire, qui fut le premier empereur d’Haïti), fut déporté en France pour être emprisonné au fort de Joux dans le Jura, où il mourut quelques mois plus tard (avril 1803)…
Sa réputation de héros fut encore renforcée par ce qui advint après :

  • Drapeau Haïti 2Les troupes françaises, ayant rétabli l’esclavage en 1802, firent face à une insurrection générale après son arrestation : cela tourna au carnage (les soldats français furent éradiqués) et Dessalines empêcha tous les Blancs de fuir puis les fit massacrer.
  • La haine des Blancs se traduit encore aujourd’hui dans le drapeau d’Haïti (=nom que prit le pays le jour de la déclaration d’indépendance par Dessalines, le 1er janvier 1804) : le blanc du drapeau français (à l’époque encore parfois horizontal), considéré comme symbole de couleur de peau et non de royauté, fut déchirée et, au milieu, le bonnet phrygien des esclaves affranchis trône sur un palmier au milieu des canons, des fusils et des chaînes brisées. Message reçu?

Malheureusement, avec son système productif effondré, le pays sombra dans une pauvreté qui règne encore aujourd’hui… Je vous avais prévenu que l’histoire finissait plutôt mal.

Plus joyeuse (quoique?) la question du jour bonjour est : Quel surintendant des finances de Mazarin fut arrêté et destitué sur l’ordre de Louis XIV en 1661?

A vendredi + kisses universels-pas-en-fonction-de-la-couleur-de-peau (sauf celle des roux tout de même, déso Vio mais mon amitié a des limites),
Aude


[1] on est d’accord ou pas que c’est complètement de mauvais goût de comparer notre travail-et-ses-RTT avec l’esclavage? Ok on est d’accord.
[2] donc avec également Guadeloupe, Martinique, et, dans l’Océan Indien, les “Mascareignes” (Ile de la Réunion + Maurice + Rodrigue où il y avait en tout près de 120 000 esclaves au moment de la Révolution)
[3] 2/3 ne savaient pas lire, ou pour être exacte : 27% des femmes et 48% des hommes le pouvaient. Bien mais pas top.
[4] syncrétisme de toutes les religions des régions d’Afrique ici mélangées (au moins une dizaine) − le vaudou est au moins connu pour nous grâce aux zombies
Podium Toussaint
Envoyez à un ami DEVENEZ LECTEUR

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Passionné(e) d'histoire ? Recevez un email d'Aude chaque semaine.

Garanti sans spam