Passionné(e) d'histoire ? Recevez un email d'Aude chaque semaine.

Garanti sans spam

Surcouf, le roi des corsaires

On 13/06/2014 by admin

Hey !

Voici la p’tite hdjb promise… elle parle de Surcouf, bande de chanceux. La question, dont Anne-Geneviève est la gagnante (bravo !), était un dialogue/citation que Robert S. eut avec un Anglais :

  • (L’Anglais :) « Vous, Français, vous vous battez pour l’argent – tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur ! »
  • (Surcouf :) « C’est bien vrai Monsieur. Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas »

Certes, il n’est pas tout à fait sûr que cela soit bien Surcouf qui prononça cette réplique magique – on hésite un peu avec un autre grand corsaire malouin, qui le précéda d’un siècle sur les traces de la gloire : Duguay-Trouin (1673-1736) – ou même avec Jean Bart. Mais quoiqu’il en soit, cette citation décrit bien l’esprit de Surcouf et de l’époque…

Statue de Surcouf

  • Né à Saint Malo, « cité corsaire » tournée vers la mer – et vers les Anglais, ces menaçants maîtres des océans – Robert Surcouf (1773-1827) était, bien sûr, comme tous les enfants de son époque, passionné par les récits de triomphes des corsaires français et désireux d’acquérir, comme eux, gloire et fortune – et de mettre une raclée à ces maudits Anglois.
  • Il s’engagea dès 13 ans sur des navires marchands, puis sur des négriers (pas cool Robert) – mais ce qui l’intéressait vraiment était de devenir corsaire (et de mettre une raclée à ces maudits Anglois, bien sûr)

 

Mais d’abord, qu’est-ce qu’un corsaire ?

La différence entre un pirate et un corsaire tient à la lettre de course => d’où l’étymologie commune. Une « lettre de course », ou « lettre de marque » était une autorisation royale d’attaquer les navires des pays ennemis, à condition de respecter les règles de la guerre et de reverser une partie du butin au roi. (A l’inverse, un pirate pouvait attaquer tous les navires, tuer tous les passagers et garder tout l’argent pour lui – en gros).

  • Surcouf, « roi des corsaires », est considéré comme un des meilleurs que la France ait connu – et s’il ne fut pas le premier (c’est sous Colbert au XVIIème que commença la grande époque), il a été le dernier – puisque les corsaires ont progressivement disparu à partir de 1820.
  • Son palmarès (environ 50 navires) est d’autant plus exceptionnel que, très intelligent et fin stratège, il attaquait souvent des navires bien plus puissants et armés que lui :
  • Exemple : par la ruse (“Le Triton”)
    • A 22 ans (en 1796), il s’approcha du Triton en battant pavillon anglais et, au dernier moment, il hissa le drapeau français puis aborda
    • Il vainquit et se comporta, comme toujours par la suite, de manière exquise avec les prisonniers
    • Le Directoire voulut lui supprimer tous ses bénéfices : il alla plaider sa cause devant les Cinq-Cents, qui, fiers de lui, lui offrirent par décret l’intégralité des gains.
    • Surcouf refusa et insista pour que la France garde la majorité, afin de relever les finances du pays… (LoveLoveLove)

Confiance contre Kent

  • Exemple : par l’habileté (“Le Kent”) :
    • A 26 ans, il rencontra un énorme bateau anglais – tellement plus puissant que lui que le capitaine anglais, sûr de lui, fit venir ses passagers pour assister au spectacle de sa victoire…
    • Mauvaise idée : en quelques minutes et un abordage audacieux, Surcouf réussit un coup d’éclat qui le fit rentrer vivant dans la légende – et confirmer son immense richesse.

 

Les Anglais (dont le Premier Ministre, Pitt), désespérés par ses triomphes successifs qui faisaient s’écrouler la bourse de Londres, cherchèrent à corrompre ses hommes en mettant sa tête à prix avec une somme fabuleuse… En vain.

Surcouf, admiré par Napoléon, devenu un des plus riches armateurs de France et très amoureux de sa femme, finit par se retirer à Saint Malo et mourut dans son lit. Peinard.

Surcouf, roi des corsaires

  • NB : un ami lecteur vient de m’apprendre qu’il était son descendant direct : teeeeellement la classe ! Respects, Arnould, parce qu’à ta place ce serait clairement la première chose que je dirais aux gens … « Hello, moi c’est Aude et je descends directement de Surcouf, et toi tu t’appelles comment ? »

La question du jour bonjour (en hommage à MC) est : « Quel prince de Valachie inspira à Stoker le personnage de Dracula ? »

Bisous-dents-dans-le-cou,

Aude

Envoyez à un ami DEVENEZ LECTEUR

One Response to “Surcouf, le roi des corsaires”

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Passionné(e) d'histoire ? Recevez un email d'Aude chaque semaine.

Garanti sans spam